ESPOIR 80

DATE DE PUBLICATION

2018

TYPE

Intermédiation locative avec accompagnement

NOM

Association ESPOIR 80 (créée à l’initiative d’aidants de l’UNAFAM)

Contact : Silvio SARNATARO Tel : 06 72 00 07 46

Mail : silviomatteo@hotmail.com

LOCALISATION

AMIENS (Somme)

Centre Hospitalier Philippe PINEL

CS 74410 80044 Amiens Cedex Tel : 03 22 53 47 57

OBJECTIFS

ESPOIR 80, lors de la reprise du dispositif, a amené une dimension sociale et surtout éducative qui manquait, dans la mesure où l’équipe d’ESPOIR 80 est composée de non soignants, mis à part le directeur qui est interface avec les soignants, et les bénévoles sont pour partie des « aidants » membres de l’UNAFAM.

ORIGINE DU DISPOSITIF

Dispositif mis en œuvre au départ par une association interne au Centre Hospitalier qui a absorbé en 2015 ESPERANCE 80, association créée à l’initiative de l’UNAFAM.

Le dispositif visait à mettre à disposition de malades psychiques susceptibles de quitter l’hôpital sans pour autant avoir une autonomie suffisante, un logement accompagné (soit individuel, soit collectif).

DATE DE MISE EN OEUVRE

ESPOIR 80 a repris le 2 mai 2016 par fusion/absorption l’association interne à l’hôpital qui gérait un certain nombre de logements.

PROFESSIONNELS IMPLIQUES

2,2 ETP : Educateur spécialisé, Comptable et 0,20 Cadre de Santé Directeur du pôle logement

Implication forte des secteurs psychiatriques en intra et extra.

PUBLIC VISE

Personnes souffrant de maladie et/ou handicap psychique

80% des personnes accueillies souffrent de schizophrénie

15% environ de bipolarité – 5% de pathologies psychiques diverses

CAPACITE D'ACCUEIL

Actuellement 120 résidents :

90 logements

DESCRIPTIF DU DISPOSITIF

ESPOIR 80 a :

  • un agrément de l’Etat pour l’intermédiation locative IML/GLS et ISFT
  • une Convention cadre avec le Centre Hospitalier Philippe Pinel à AMIENS

L’Association loue dans le cadre de l’Intermédiation Locative, auprès de bailleurs privés mais surtout publics, des logements individuels et collectifs qu’elle propose en « sous location » à des malades psychiques suivis en ambulatoire par les secteurs psychiatriques. Ces malades sont le plus souvent sans famille ou avec des liens familiaux très distendus.

Toute entrée dans les logements proposés par ESPOIR 80 étant indissociable du soin, les résidents accueillis sont nécessairement suivis en ambulatoire par les secteurs psychiatriques (CMP, HAD, CATTP…) et ce suivi donne lieu à un projet d’accompagnement travaillé en concertation avec les soignants.

L’Association propose un accompagnement social et éducatif aux résidents qu’elle accueille, dans le prolongement de l’accompagnement médical, visant à rendre les malades acteurs de leur logement, visant à remobiliser les capacités nécessaires à une réhabilitation par la recréation du

lien social GEM, tissu associatif…) ou par le travail, en aidant à l’élaboration d’un projet personnel de vie.

La durée de séjour au sein des logements accompagnés est liée au degré d’autonomie atteint par les résidents et varie donc selon la réalité de chacun.

Ce dispositif est amené à s’ouvrir : ce qui est en cours pour des sortants de Maison d’arrêt et pourra répondre de manière spécifique à l’urgence sociale dans sa dimension psychiatrique.

La demande de logement est exprimée par le malade (lui-même, sa famille, un tiers…) et validée par son psychiatre.

ESPOIR 80 en concertation avec l’équipe soignante recherche et visite des logements susceptibles de correspondre aux désidératas du malade.

Un contrat de « sous-location » est alors mis en place après accord du patient.

Un protocole d’accompagnement (parcours de vie incluant le soin) est défini.

Le contrat de sous-location peut évoluer vers un bail-glissant en fonction de l’état de santé du résident et du développement de son autonomie.

Une commission pluri-professionnelle composée de soignants et de salariés de l’association fera le point, plusieurs fois par an, sur la situation des résidents.

FINANCEMENT

Actuellement ESPOIR 80 est essentiellement financé par le Centre Hospitalier, dans le cadre d’une convention triennale, révisable, sur la base de 128 000 €/an.

Les financements de l’Etat par l’intermédiaire de la DDCS, ceux du Conseil Départemental et de l’ARS sont également recherchés. La reconnaissance des besoins et des réponses apportées est là, mais a du mal à se traduire en financement.

POINTS DE VIGILANCE

Limites liées :

  • A la reconnaissance du travail effectué par ESPOIR 80 et sa traduction en termes de financement.
  • A la nature même d’ESPOIR 80, structure associative et non ESMS, même si le travail fourni est le même.

Obstacles essentiellement d’ordre humain et financier, dans la mesure où ESPOIR 80 a atteint avec ses 90 logements et ses plus de 120 résidents les limites de son action et n’est pas assurée de pouvoir embaucher plus, en 2017.

EVALUATION

Une première évaluation du dispositif mis en place par ESPOIR 80 depuis mai 2016 est prévue dans le courant du premier trimestre 2017 et devrait donner lieu à une nouvelle concertation avec le Centre Hospitalier Philippe PINEL d’Amiens.

REPRODUCTIBILITE

Dans nombre d’EPSM ou d’Hôpitaux avec secteurs psychiatriques existent des structures internes qui gèrent ou accompagnent vers le logement les malades issus de leur structure. Notre «courte » expérience nous fait dire l’urgente nécessité de mettre en place des structures « non hospitalières » pour que, même si la nécessité du soin demeure, l’accompagnement par et dans le logement soit déconnectée d’une vision essentiellement « soin ».

LE POINT DE VUE DE L'UNAFAM

Belle implication de l’UNAFAM pour assurer la pérennisation de l’accompagnement au départ centré sur le sanitaire, en soutenant la création d’ESPOIR 80. L’intermédiation locative et l’accompagnement social se fait en partenariat avec l’Hôpital.

Cependant, les financements semblent limiter la capacité d’intervention de la structure.