Communauté Thérapeutique de Payroux « 86 »

DATE DE PUBLICATION

2018

TYPE

Résidence thérapeutique gérée par un CCAS

NOM

Etablissement communal La PLANCHONNERIE

Contact : 05.49.87.69.72

     05.49.44.58.52 (Secrétariat Fédération des placements familiaux)

LOCALISATION

PAYROUX (Vienne)

36, rue René Fumeron 86350 PAYROUX

OBJECTIFS

Accueillir des patients de psychiatrie : handicapés psychiques vieillissants.

ORIGINE DU DISPOSITIF

Coopération entre le Centre hospitalier Henri Laborit spécialisé en santé mentale et la Commune de PAYROUX (convention de partenariat).

DATE DE MISE EN OEUVRE

1995

PROFESSIONNELS IMPLIQUES

Structure gérée par la commune de PAYROUX (CCAS) (8 employés communaux à temps partiel et 1 responsable -employé communal- à temps complet) avec le soutien du Centre Hospitalier Henri Laborit de POITIERS.

PUBLIC VISE

Personnes handicapés psychiques vieillissants ayant un degré marqué de dépendance.

CAPACITE D'ACCUEIL

14

DESCRIPTIF DU DISPOSITIF

Hébergement thérapeutique avec activités occupationnelles et un suivi de soignants de psychiatrie (dans un immeuble collectif avec pièces communes).

Les employés communaux du CCAS de la commune de PAYROUX assurent l’accompagnement quotidien (24h/24)

Les personnels de la psychiatrie interviennent :

  • 1 infirmier du lundi au vendredi ;
  • Aide-soignant ponctuellement ;
  • AS à la demande ;
  • Psychiatre1/2 journée par semaine.

Vacations d’un médecin généraliste

FINANCEMENT

Les usagers financent l’équivalent du forfait journalier hospitalier.

Le centre hospitalier Henri LABORIT finance 64 € par jour chacune des 14 personnes accueillies, ce qui permet à la Commune de PAYROUX d’assurer le fonctionnement.

 Le centre hospitalier Henri LABORIT fournit les médicaments et finance les vacations du médecin généraliste ainsi que les personnels hospitaliers susmentionnés.

Le bâtiment appartient à la commune.

POINTS DE VIGILANCE

Contre-indications médicales : addictions, troubles du comportement.

Continuité des soins MCO spécialisés compromis en raison de l’éloignement des services hospitaliers

Zone rurale, éloignement de la ville.

EVALUATION

Meilleure qualité de vie avec participation à la vie de la commune.

REPRODUCTIBILITE

Oui, si volonté hospitalière et implication des élus locaux.

LE POINT DE VUE DE L'UNAFAM

Ce dispositif est original pour diverses raisons :

  • Dispositif en faveur des personnes handicapées psychiques vieillissantes
  • Implication de la commune dans la gestion de la structure par le personnel de son CCAS, dans un bâtiment qui lui appartient
  • Implication de l’hôpital psychiatrique par son soutien financier et l’intervention de son personnel

Au moment où des solutions sont recherchées pour les personnes handicapées psychiques vieillissantes, ce type de montage est à étudier.