Association Coté Cours « 76 »

DATE DE PUBLICATION

2018

TYPE

Service logement – SAMSAH – Aide à domicile – GEM – Maison de vacances – Insertion professionnelle – Centre de formation.

NOM

Association Coté Cours – http://www.asso-cotecours.fr

Contact : Marie DELAROQUE Tel : 07 60 32 43 74 / 02.32.85.03.40

Mail : m.delaroque@asso-cotecours.fr

LOCALISATION

LE HAVRE (Seine Maritime)

76600 LE HAVRE – 15 passage Arcade Noury

OBJECTIFS

Apporter une réponse globale à une problématique morcelée entre le logement, l’accompagnement et le soin, en envisageant le logement comme support indispensable : « Le chez soi d’abord » est le préalable au travail à effectuer, pour, ensuite « habiter son logement ».

Développement d’une approche particulière de la réinsertion sous l’angle de la réhabilitation psychosociale : l’usager est considéré comme un individu unique (aux compétences personnelles à développer – acteur de son projet –visant à son rétablissement c’est-à-dire un retour à la vie citoyenne).

ORIGINE DU DISPOSITIF

En 1999, la Direction de l’Hôpital a impulsé une politique de réinsertion sociale des patients hospitalisés (insérer plus pour hospitaliser moins) d’où la création d’une association de réhabilitation psychosociale post hospitalière.

DATE DE MISE EN OEUVRE

Association créée en 1999, prestataire du Centre Hospitalier Pierre Janet (subventions et mise à disposition de ressources humaines par l’hôpital).

Depuis 2011, autonomisation de l’Association par rapport à l’Hôpital : aujourd’hui totalement investie dans le secteur médico-social.

PROFESSIONNELS IMPLIQUES

68 salariés dont pour la Direction : 6 personnes – service aide à domicile : 30 auxiliaires de vie – service logement : 2 coordinateurs et 11 maîtres de maison – service administratif : 9 personnes – GEM : 2 personnes – SAMSAH : 8 personnes.

PUBLIC VISE

Personnes souffrant de troubles psychiques, stabilisées.

Jeunes personnes en début de décompensation psychotique.

CAPACITE D'ACCUEIL

350 personnes accompagnées sur tous les services de l’association.

DESCRIPTIF DU DISPOSITIF

Service Logement : 112 logements adaptés gérés par l’Association dont :

40 places sur 3 Résidences-Accueil (financement DDCS : 16 €/jour/patient).

11 places logement ALT (aide logement temporaire) pour personnes en situation précaire ou besoin d’accompagnement sur 6 mois à 1 an (financement Conseil Départemental).

14 places de maisons communautaires (habitat partagé) (financement : mise en commun de la PCH (prestation de compensation du handicap)) cf. ci-après « les Chrysalides ».

47 places en logements ordinaires (diffus) non financées.

8 maîtres de maison pour 3 RA et 3 maisons communautaires assurent la gestion du quotidien, développent les compétences des usagers en s’appuyant sur le collectif.

Ex : Habitat partagé avec mise en commun de la PCH : pour personnes autonomes qui sont d’accord, vivent dans une maison de ville dans le centre, de 4 à 8 chambres + pièces communes. Grâce à une mise en commun globale de la PCH, présence d’une auxiliaire de vie 28 à 35h/semaine pour veille état psychique et physique, activités sociales, soutien plus individualisé, régulation vie du groupe, les tâches ménagères étant effectuées par les personnes elles-mêmes, stimulées par l’auxiliaire.

Ex : Habitat partagé « les Chrysalides » : pour jeunes femmes de 18 à 30 ans en fin de prise en charge par l’ASE (aide sociale à l’enfance) (ayant un suivi psychiatrique) qui sont d’accord pour vivre dans une maison de ville de 4 chambres et s. de b. collective à l’étage + cuisine, salle/salon collectifs et cour intérieure. – Bénéficient de l’AAH et grâce à la mise en commun des PCH (projet validé par la MDPH) une salariée formation AVS/AMP est présente sur le site pour veille : santé psychique, sécurité des résidentes, entretien des lieux, ravitaillement, menus, repas, activités de socialisation…. Les résidentes s’engageant à effectuer les tâches pour bon fonctionnement de la maison.

Ce qui suppose partenariat avec psychiatres, éducateurs et familles d’accueil (ASE), mandataires judiciaires, SAVS, SAMSAH, familles (UNAFAM), éducateurs spécialisés…..

SAMSAH : cofinancé par ARS et Conseil Départemental – 8 salariés : 3 infirmiers, 3 aides-soignantes, 1 CESF, 2 éducateurs spécialisés – agrément de 25 places – file active de 40 accompagnements. Seul et unique objectif : la qualité de vie de la personne – recherche d’une autonomie évolutive.

GEM : financement ARS – environ 40 adhérents – 2 animatrices salariées du GEM.

Service d’aide à domicile spécialisé en santé mentale «S3A AIDER ACCOMPAGNER AUTONOMISER »

Objectif : répondre aux besoins mal couverts des usagers de la santé mentale en vue de leur maintien en milieu ordinaire. Placer l’usager et sa famille au cœur de la prise en charge. Il s’agit de répondre à un manque de spécialisation des services d’aide à domicile ordinaires concernant la prise en charge des personnes en souffrance psychique.

Comprend une chef de service, une assistante de secteur, une secrétaire et une trentaine d’auxiliaires de vie.

Missions : formation des salariés à la santé mentale et l’analyse des pratiques dont ils bénéficient.

Service d’insertion professionnelle : A la demande des usagers du service logement et du Samsah, petites actions de travaux de rénovation pour le service logement, services de bricolage, désencombrement, manutention et jardinage….

Maison de vacances : projet de proposer aux personnes en situation de handicap psychique relativement stabilisées, des séjours de vacances adaptées, sécurisantes et sécurisées par une équipe de professionnels formée.

Objectif : favoriser la découverte de la région de la Nièvre : suite à acquisition d’un ancien presbytère, participation d’usagers volontaires encadrés par des professionnels, à des travaux de démolition.

Projet d’ouverture en septembre octobre 2016.

Expérimentation SPASAD (service polyvalent d’aide et de soins à domicile) : Ce projet pour envisager une meilleure coopération entre les services du domicile et le secteur médico-social du handicap psychique ainsi qu’une meilleure cohérence de leurs actions – proposer une forme intégrée et combinée de collaboration entre un SAAD (service d’aide et d’accompagnement à domicile) et un SAMSAH.

FINANCEMENT

Voir ci-dessus.

POINTS DE VIGILANCE

L’accès à la PCH n’est pas pérenne. La mise en commun de la PCH : Problème de son maintien pendant les périodes d’hospitalisation ou de vacances ?

Absence de cadre juridique pour la solution : habitat partagé.

Nécessité de trouver une forme juridique et légale pour encadrer le travail des usagers de la santé mentale.

EVALUATION

Reconnaissance locale des compétences et des savoir-faire de la part des institutionnels.

LE POINT DE VUE DE L'UNAFAM

Il s’agit d’une remarquable structure gérant une grande diversité de services lui permettant de s’adapter aux besoins des personnes et de les accompagner en interne par graduation, vers plus d’autonomie.

Les financements ne sont pas tous stabilisés et pour certains dépendent de la compréhension des décideurs locaux. La complexité administrative française dessert ce type d’associations qui essaient de répondre en interne à la construction du parcours de vie des usagers.