Working First

DATE DE PUBLICATION

2018

TYPE

Association Working First, co-portage de l’association Habitat Alternatif Social (HAS) et de l’Assistance publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM)

NOM

Association Working First

LOCALISATION

Locaux de l’Association Habitat Alternatif Social (HAS), sis 9 rue des convalescents, 13001 Marseille, 0603031381, 0778337839, wf13contact@gmail.com

ACTEURS

Le Working First 13 est une équipe de jobcoachs, formée à la méthodologie IPS (Individual Placement and Support), proposant un coaching à la recherche et au maintien en emploi en milieu ordinaire, avec un suivi individualisé, intensif et illimité dans le temps de personnes vivant avec des troubles psychiques et un service d’accompagnement des entreprises.

5 salariés mis à disposition de l’association Habitat Alternatif Social (HAS) et de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (APHM), ce qui équivaut à 3 ETP.

DATE DE MISE EN OEUVRE

Octobre 2014

CIBLE / OBJECTIFS

Le programme cible les personnes vivant avec des troubles psychiques et en situation de précarité qui désirent travailler et les entreprises

Objectifs :

  • Favoriser l’insertion professionnelle et le maintien en emploi des personnes vivant avec des troubles psychiques et en situation de précarité éloignés du marché du travail.
  • Prévenir les discriminations à l’emploi et dans l’emploi en agissant sur les deux dimensions générant des discriminations négatives :
    • l’auto stigmatisation en travaillant sur l’estime de soi, l’accomplissement de soi, l’espoir, l’hygiène de vie et le bien-être. Seront aussi travaillées des dimensions telles que le rôle social positif, la structuration du temps visant à ce que les personnes trouvent et conservent une place parmi la population active.
    • la stigmatisation effective en travaillant auprès des employeurs et plus largement de la population générale sur les connaissances et attitudes génératrices de comportements négatifs
  • Contribuer à l’éducation à la citoyenneté par l’accès aux droits et aux soins
  • Accompagner les entreprises dans leur recrutement (analyse des besoins, intégration sur le poste, maintien durable en emploi etc.)
  • Favoriser une collaboration satisfaisante entre les personnes et les entreprises

NOMBRE DE PERSONNES HANDICAPEES

40 personnes coachées, toutes vivant avec des troubles psychiques, avec un objectif de 75 personnes pour 3 ETP.

50% des personnes ont une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).

DESCRIPTION DETAILLEE DU DISPOSITIF

Les personnes concernées sont repérées et orientées sur le programme IPS par des équipes médico-sociales sur l’agglomération de Marseille.

L’accompagnement est orienté rétablissement en favorisant les éléments suivants : promouvoir le réveil du pouvoir des personnes (empowerment), orienter les décisions vers le choix des personnes, baser l’accompagnement sur les espoirs et les rêves, s’adapter au contexte et à la vie des personnes et non l’inverse, avoir comme objectif d’augmenter les capacités et la qualité de vie des personnes. L’accompagnement favorise la coordination de différents acteurs via les liens avec les équipes médico-sociales, les dispositifs d’insertion professionnels, les services publiques de l’emploi et les entreprises.

Les personnes sont accompagnées par une équipe pluridisciplinaire de jobcoach (psychologue, chargé de relation entreprise, moniteur éducateur, travailleur pair) tous formés à la méthodologie IPS et au rétablissement en santé mentale. Parmi les jobcoachs se trouvent des travailleurs pairs formés au job coaching. Ils ont un rôle particulier parce qu’ils ont vécu l’expérience de la souffrance psychique, et qu’ils ont fait de ce savoir expérientiel et de leurs compétences relationnelles, un travail. Ces médiateurs de santé (travailleurs pairs) sont des interlocuteurs privilégiés pour les personnes suivies, d’autant plus qu’ils connaissent les étapes de l’inclusion professionnelle.

Il s’agit d’une équipe mobile, qui travaille dans l’environnement de la personne en binôme et en multi-référence.

Efficacité du dispositif :

  • Taux d’insertion 2016 : 52% (19) d’accès à l’emploi avant 6 mois, 61% (11) d’accès à l’emploi avant 12 mois
  • Taux de maintien en emploi : 50% (8) à 6 mois, 36% (8) à 12 mois.

AVIS DES PROFESSIONNELS

L’isolement combiné au sentiment d’inutilité social et à une « estime de soi » fragile représentent, pour les personnes qui vivent avec des problèmes de santé mentale, une conséquence délétère dans la construction de soi mais surtout un frein considérable dans la recherche d’un emploi. Or, dans nos sociétés contemporaines, l’activité professionnelle permet la projection vers un avenir meilleur, au niveau social comme au niveau financier. Elle encourage la mise en lumière des compétences personnelles des candidats. Elle leur permet également de développer un réseau et leur offre l’opportunité d’appartenir à une société dont, trop souvent, ils se sentent à la charge.

Avant de créer ce programme, tous les professionnels du WorkingFirst13 avaient travaillé de façon transversale sur ces conséquences psycho-sociales des pathologies psychiatriques, mais c’est autour d’un projet d’accompagnement à l’emploi qu’ils se sont trouvés et entendus, convaincus par la pression de la demande et par des besoins croissants dans le domaine.

L’équipe est engagée et réaliste, déterminée et porteuse d’espoir quant aux objectifs qu’elle se fixe ; à elle-même d’abord, vis-à-vis de ses collaborateurs ensuite, mais surtout pour les personnes qu’elle s’engage à soutenir.

AVIS DES BENEFICIAIRES

Témoignage d’Abdel : « Vous êtes là pour moi, c’est l’essentiel, vous m’accompagnez sur les lieux de recherche d’emploi, vous m’aidez dans ma recherche. Vous m’aidez à trouver du travail »

Témoignage de Lila : « …WORKING FIRST 13, ce qui est bien c’est que c’est eux qui prennent contact avec des sociétés, les entreprises comme dans mon cas l’informatique. Quand ils viennent chez moi, on passe des coups de téléphone, c’est grâce à ça que je peux avoir des entretiens…  J’ai des difficultés pour contacter les gens, j’ai du mal à téléphoner, faire du démarchage. Pour cela, je compte sur cette équipe »

Témoignage de Vincent :

« Le travail évite trois grands maux : l’ennui, le besoin et la paresse

L’ennui chez un bipolaire : le meilleur moyen de cogiter et d’accentuer le besoin de fuite psychologique

Le besoin amène à la dépendance qui ralentit l’autonomie amenant à la stabilité

La paresse et sa petite sœur la procrastination conduisent à une perte de confiance et donc à une accentuation des phases basses.

Le travail m’a permis d’accélérer ma rémission car il m’a amené à pouvoir avoir des occupations. »

 

LIMITES

    • Peu de financement,
    • Cette méthode bouscule certaines logiques du système français d’accompagnement vers et dans l’emploi notamment quant à la durée d’accompagnement et ne permet pas de répondre à certains appels à projet
    • Le programme a pris comme porte d’entrée le parcours du public et agit de manière transversale notamment dans l’utilisation des moyens. Il vient se heurter à la logique de certaines tutelles et institutions dont les problématiques et le fonctionnement semblent en contradiction avec cette approche globale de la personne.
    • Le portage juridique du programme ne permet pas à ce jour certaines levées de fonds privées ou publiques, d’autres.