Familles gouvernantes Gestionnaire : UDAF 44

DATE DE PUBLICATION

2018

TYPE

Familles gouvernantes

NOM

Familles gouvernantes
Gestionnaire : UDAF 44
Contact : Maria RAVENEAU Tél : 02 51 80 30 00

LOCALISATION

NANTES (Loire-Atlantique)
17 rue Jacques Feyder 44100 Nantes
Objectifs

OBJECTIFS

  • Recréer une cellule à dimension familiale
  • Eviter les ré-hospitalisations, les allers et retours entre les hôtels sociaux, les services psychiatriques et la rue
  • Proposer un cadre de vie sécurisé, stable et rassurant avec une prise régulière de traitement

ORIGINE DU DISPOSITIF

Face au nombre de places limitées dans les établissements d’hébergements médicaux sociaux et au mal logement d’une partie de la population des personnes sous mesures de protection, l’UDAF 44 a souhaité créer une alternative innovante, concrète et immédiate.

DATE DE MISE EN OEUVRE

Juin 2015

PROFESSIONNELS IMPLIQUES

  • 4 gouvernantes : aide dans les actes de la vie quotidienne (hygiène, soins, alimentation). Relais 8h/j + WE 08h-13h30/ 17h30-20h00
  • 1 coordinatrice (0,30ETP)) : référent technique du dispositif et garant de la continuité du service
  • Les mandataires judiciaires pour la protection des majeurs MJPM) de l’UDAF : suivi administratif social et budgétaire en lien avec l’usager, les gouvernantes, le coordinateur

PUBLIC VISE

Personnes isolées cumulant handicap psychique et grande précarité, ne pouvant vivre de façon autonome, ne relevant plus d’une hospitalisation ; ces personnes, bénéficient d’une mesure de protection juridique.

CAPACITE D'ACCUEIL

6 personnes
Projet d’une ouverture pour 8 personnes supplémentaires.

DESCRIPTIF DU DISPOSITIF

Organisation générale :

Les résidents sont colocataires de 2 appartements, situés sur le même pallier
Ces appartements comportent des espaces collectifs (cuisine, salle à manger, salon, salle de bain, WC) et un espace privé pour chaque usager (chambre). La proximité des appartements favorise simultanément les temps de réapprentissage de la vie en collectivité (utilisation d’une seule cuisine) et l’appropriation individuelle du logement.
Les résidents peuvent rester autant de temps qu’ils le souhaitent dans ce logement (respect du règlement intérieur). Les chambres des résidents sont aménagées avec leurs objets et meubles personnels.
L’UDAF a conclu le bail principal avec Nantes Habitat et sous loue les appartements aux bénéficiaires du dispositif.
Au préalable, une commission d’admission procède à une évaluation de la stabilité psychique de la personne afin d’apprécier sa capacité à cohabiter, ainsi qu’une évaluation de l’équilibre du groupe. Cette commission est composée de représentants UDAF, d’un psychiatre du CHU, de la gouvernante, d’un représentant de l’ADAR (aide à domicile), d’un représentant de l’UNAFAM.

 

Accompagnement :

  • L’intervention de la gouvernante se situe dans tous les actes de la vie quotidienne :
    gestion des courses, entretien de la maison et du linge, confection des repas (respect des régimes), hygiène corporelle et vestimentaire, suivi des soins et des traitements médicaux, démarches administratives.
  • La gouvernante veille au confort physique et moral des résidents.
    Des réunions animées par la coordinatrice assurent un temps d’analyse des pratiques.
  • La coordinatrice est attentive au bien être des résidents, au respect des règles de vie, et à la coordination avec les acteurs locaux. Elle est en contact régulier avec les résidents et les gouvernantes.
    Un règlement de fonctionnement, précisant l’organisation de la vie collective et les règles de vie à respecter est établi.

FINANCEMENT

Pour accéder au dispositif, la personne accueillie doit bénéficier de ressources régulières et suffisantes : AAH, PCH, Allocation Logement. Les ressources étant gérées par un mandataire judiciaire, la solvabilité des personnes et par conséquent la solvabilité du dispositif sont assurées, puisqu’elles couvrent le loyer et les frais de la vie courante. Le salaire des gouvernantes est financé par la PCH de chaque résident (1h 20mn de PCH / jour, soit 40h / mois)
Le financement du dispositif repose donc sur la mutualisation des ressources.

POINTS DE VIGILANCE

Nécessité de n’admettre que des personnes qui bénéficient de la PCH aide humaine.
Nécessité de former le personnel à la compréhension des troubles psychiques.

EVALUATION

Dispositif récent.
Réunion d’une commission de suivi bisannuelle avec les partenaires du projet, reposant sur des indicateurs d’insertion sociale, d’articulation du travail avec les autres acteurs, d’occupation des logements.
Constat par les professionnels de progrès rapides en matière d’autonomie pour certains bénéficiaires
Sentiment de sécurité pour la plupart des résidents. Rupture de l’isolement généralement appréciée.

REPRODUCTIBILITE

Dispositif peu couteux, organisation simple et facile à dupliquer, l’étape décisive étant d’obtenir le soutien des bailleurs sociaux et l’octroi de la PCH.

LE POINT DE VUE DE L'UNAFAM

Dispositif efficace et souple.
Toutefois, ce modèle économique est précaire car il repose sur l’octroi de la PCH aide humaine aux résidents. On sait que de nombreux Départements ne l’accordent pas pour des personnes ayant des troubles psychiques. De plus, l’autorisation de mutualiser la PCH doit être donnée.
D’après les professionnels, dans un schéma idéal, le financement d’un tel dispositif devrait concerner l’Etat (Cohésion Sociale), le Département, et l’ARS.